Bien faire RIEN!

Aujourd’hui c’est Alysson qui t’écris. Et ce n’est pas pour rien, car c’est justement pour te parler de RIEN, ou plutôt apprendre à faire RIEN!

Es-tu du genre à toujours manquer de temps pour faire les choses que tu aimes vraiment ou pour passer du temps avec les personnes qui comptent réellement? As-tu l’impression de courir dans tous les sens pour ne rien manquer de toutes les activités auxquelles tu t’es inscrit? Est-ce que ton agenda est toujours rempli au point d’être parfois double ou même triple-booké pour finalement arriver au dimanche soir épuisé parce que tu n’as pas eu une minute à toi? Ou pire, arriver à la fin de ta vie et réaliser que tu t’es éparpillé au lieu d’avoir pleinement vécu chaque moment?

Si tu aimes l’intensité et être constamment entouré, tu es peut-être satisfait de ce rythme de vie. Mais en même temps, tu entends peut-être une petite voix à l’intérieur qui te dit de RALENTIR, de respirer et de prendre le temps de vivre. Peut-être ton corps t’envoie-t-il des signaux de temps en temps afin de relaxer, de t’écouter et de te reposer.

Quoi qu’il en soit, nous sommes à une époque où l’activité (voire même l’hyperactivité) est valorisée, encouragée et facilitée par les myriades de loisirs disponibles, les lieux de rencontres sociales et les événements Facebook de toutes sortes.

Bien faire rien - Alysson Martel.png

Choisir de rester calmement chez soi pour ne rien faire de spécial (ou faire RIEN) devient marginal, et notre égo s’empresse alors de nous murmurer ses beaux messages critiques et négatifs : « franchement, t’as pas d’ami, t’es un looser, t’as pas rapport », etc.

Être actif = être performant. Être occupé = être populaire. Tout cela est faux et il faut s’assumer dans notre besoin de RALENTIR pour reprendre notre souffle. Tout est ok, un pas à la fois.  

Pour transformer cette tendance à toujours vouloir « faire quelque chose », j’ai commencé à utiliser cette puissante expression : « faire RIEN ». Comme ça, je fais quelque chose car je fais RIEN! C’est bien différent que de ne rien faire. Je manipule mon mental en quelque sorte. J’ai même pris l’habitude de bloquer du temps dans mon agenda en inscrivant en grosses lettres « R-I-E-N » et ainsi pouvoir répondre à mes amis « ah non désolée j’ai déjà des plans, j’ai prévu faire RIEN ».

Tous les plus grands auteurs et maîtres du mieux-être vont dans le même sens que moi : c’est dans le calme et le silence, dans les moments de lenteur et de vide, que l’on reconnecte avec qui l’on est vraiment et que l’on entend les messages de notre âme, de l’Atman. C’est en se donnant de l’espace, en se choisissant tout doucement, loin des foules et des stimuli, du bruit et du trop-plein, que nos priorités et nos intuitions peuvent émerger librement.

Apprendre à faire RIEN est un art. Sauras-tu le maîtriser?

Je te laisse avec cette belle phrase que j’adore de Félix Leclerc et qui résume bien tout cela :

« J’ai flâné et ça m’a pris toute la journée ».

Alysson